Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Vous avez dit COP21 ?

Votre projet

Développement durable
La conférence de Paris dite « COP21 » se déroulera du 30 novembre au 11 décembre 2015. A un peu plus de deux mois de cette échéance cruciale, un projet de texte à peu près lisible vient d’être présenté par l’ONU, afin d’améliorer les chances de succès de cet évènement particulièrement délicat à mettre en œuvre.

La « COP21 », tous les politiciens l’évoquent, de nombreux médias s’y intéressent, et beaucoup de monde en parle, à défaut de forcément tout saisir. Après l’échec cuisant de la précédente conférence de Copenhague en 2009, déjà présentée à l’époque comme la dernière chance pour sauver la planète, cette nouvelle conférence de Paris n’ambitionne même plus d’arrêter le réchauffement climatique, mais d’au moins le limiter à + 1,5 ou + 2 degrés. Un vaste programme déjà très ambitieux, qui repose sur l’espoir optimiste d’un accord des 196 pays négociateurs de l’ONU.

 

De belles promesses, mais de moins en moins convaincues

 

Le 5 octobre dernier, l’ONU a rendu public un « non-paper », en français un document non officiel servant de base de travail pour la future COP21. Ce projet de texte se compose raisonnablement de 20 pages, beaucoup plus lisible que le précédent document rédigé en février 2015, épais de 80 pages aussi indigestes que stériles. Ceci dit, plus lisible ne signifie pas forcément beaucoup plus convaincant.
Le « non-paper » de l’Onu semble vouloir confirmer les ambitions de la COP21, en obligeant les états à communiquer sur leurs objectifs tous les cinq ans. Il prévoit également une aide de 100 milliards de dollars (mais seulement à partir de 2020), à destination des pays pauvres en faveur du développement durable. Parmi les points négatifs, il serait désormais question d’atteindre le fameux objectif de limitation du réchauffement à + 2 degrés en… 2023, voire 2024. D’autre part, le document ne mentionne plus du tout l’importance des énergies renouvelables, et le spectaculaire objectif d’une année 2050 sans énergies fossiles s’est lui aussi évanoui. Pour (espérer) faire mieux, le prochain (et dernier) « non-paper » sera publié suite aux discussions de Bonn, actuellement à cours.