Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Qu’est-ce qu’une « ville durable » ?

Votre projet

développement durable

Surfant sur le fameux concept du développement durable, une « ville durable » se propose de miser sur les énergies dites « vertes », de construire des bâtiments écologiques, ou encore d’utiliser des transports en commun non polluants. Le concept est d’intérêt humanitaire et planétaire, alors qu’un million de terriens naissent toutes les semaines, et que plus de la moitié sont destinés à vivre en milieu urbain, le tout sur fond de réchauffement climatique. La France s’investit depuis plusieurs années dans le modèle de la « ville durable », avec plusieurs plans de villes-vitrines, dont un spectaculaire projet numérique porté par la ville de Paris.          

 

La « ville durable » idéale produit sa propre énergie

 

Les solutions pour transformer une cité en « ville durable » sont relativement évidentes, à défaut d’être simples à appliquer. L’énergie constitue l’une des questions fondamentales du développement durable. Les logements les plus anciens constituent des gouffres de déperditions énergétiques, de même que les méthodes de chauffage. Certaines villes européennes se chauffent encore principalement au charbon, une source d’énergie fossile et non renouvelable extrêmement polluante. Selon le quotidien Les Infos de Pologne, ce dernier pays enregistre cinq villes dans le classement des dix villes européennes les plus polluées, dont Cracovie. A l’opposé, le Danemark fait figure du meilleur élève en misant sur la solution ultime du développement durable d’une ville : produire sa propre énergie – non polluante. Un idéal reposant sur le concept du bâtiment à énergie positive (BEPOS), capable de produire plus d’énergie qu’il n’en consomme, grâce à l’utilisation d’écomatériaux, de l’énergie solaire, de pompes à chaleur ou encore de batteries de stockage électrique. Depuis plus de 15 ans, Copenhague s’est lancée dans la priorité aux BEPOS, additionnée à l’utilisation des véhicules électriques en ville ; la capitale danoise entend ainsi devenir sous peu la première ville « décarbonnée ».

La France s’intéresse également au principe de « ville durable ». Dans la lignée du fameux Grenelle de l’Environnement, le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie a proposé son « Plan Ville durable » pour tenter de parvenir à cet idéal. Parmi les actions proposées figure le concept « d’écoquartier », valorisant les meilleures pratiques tendant vers l’autarcie énergétique. Un exemple récent est l’écoquartier lyonnais Hikari (« lumière » en japonais »), conçu par l’architecte Kengo Kuma. Inauguré en septembre 2015, cet îlot urbain devrait comprendre à terme des bâtiments uniquement BEPOS, qu’ils soient appartements résidentiels ou bâtiments de commerces et de bureaux. A l’échelle nationale, plusieurs villes font figures de vitrines dans leurs projets de villes durables, telles Lille, Strasbourg, Nantes, Bordeaux, Grenoble, Nice ou encore Marseille.

 

Le « Wikibuilding » et Paris, à la pointe du développement durable ?

 

Pour la ville de Paris, les perspectives de durabilité représentent un défi de taille, entre patrimoine historique et nécessité d’évolution. La mairie de Paris a récemment lancé un site internet baptisé « réinventer.paris », dédié aux appels à projets urbains innovants. L’un des nombreux projets proposés est porté par la société Rei France, experte dans la construction en bois dans Paris. Matériau léger, relativement économique, modulable et très écologique, le bois figure parmi les écomatériaux les plus efficaces dans la construction écologique.

L’autre intérêt innovant de l’idée de la société réside dans son aspect communautaire et numérique : il s’agit d’un projet réalisable en open source, tous les plans étant consultables et modifiables par les internautes. Sur le principe collaboratif du mode « wiki », ce projet a ainsi été nommé « Wikibuilding ». Entièrement modulable et évolutif, ce bâtiment devrait pouvoir accueillir des magasins, un restaurant, une boîte de nuit, un restaurant, des appartements, des bureaux et même un hôtel. L'école d'architecture de Paris Val de Seine devrait participer à cette expérimentation inédite, qui si elle se réalise, prendra place dans la ZAC Masséna le long du périphérique. Le Wikibuilding parisien symbolise ainsi l’union entre la construction durable et écologique avec l’audace architecturale, conjuguée avec le formidable potentiel de l’économie numérique.