Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Les algues, un nouvel écomatériau pour la construction ?

Votre projet

algues

Éléments cruciaux de la biodiversité et source d’alimentation, les algues souffrent d’une image quelque peu négative, surtout lors des grandes marées vertes particulièrement gênantes en été. Leur utilité se décline pourtant dans de multiples domaines, et spécialement celui de la construction. Excellent isolant naturel connu depuis plusieurs siècles, l’algue est un « écomatériau » de première qualité, au bilan carbone négatif, qui dans le contexte de développement durable actuel pourrait enfin bénéficier d’un regain d’attention.

 

            L’algue, un matériau isolant et une puissante source d’énergie

 

            Souvent considérées avec dégoût lors des grandes marées vertes et jugées inutiles, les algues marines offrent pourtant de multiples avantages dans un grand nombre de domaines, et particulièrement celui de la construction. Les algues sont pratiquement ininflammables, et ne pourrissent pas. Une fois nettoyées, séchées, hachées et compactées, elles offrent l’aspect d’une sorte de laine végétale dont les fibres s’accrochent d’elles-mêmes les unes aux autres sans aucun additif chimique, et constituent un excellent isolant thermique. Ces performances isolantes sont même 20% supérieures à celles du bois, qui pourtant constitue déjà l’un des meilleurs isolants thermiques, près de huit fois plus efficace que le béton.

Une star-up française, Ennesys, a même poussé encore plus loin le potentiel écologique de l’algue, en développant le concept de bâtiments aux murs d’algues producteurs d’énergie. A l’intérieur de ces murs figurent des tubes transparents abritant des micro-algues bien vivantes, alimentées en continu par des injections de CO2 et d’eaux usées. Les organismes captent à la fois le CO2 pour produire de l’oxygène, mais se nourrissent également des eaux sales. Une fois le phytoplancton développé, il est retiré des tubes pour servir à son tour de gaz ou d’huile végétale. Les murs bénéficient en outre des capacités naturellement isolantes des algues, ce qui assure à l’ensemble du bâtiment une production d’énergie largement supérieure (et plus importante que les panneaux solaires) à ses propres besoins. L’édifice est alors un Bâtiment à Énergie Positive (BEPOS), ce qui à terme sera l’objectif législatif recherché par la RT2020 pour tous les nouveaux bâtiments. La technologie Ennesys est d’ores et déjà activement testée à la Défense.

 

            Des maisons en algue au Danemark

 

            Sur l’île danoise de Læsø en mer du Nord, l’utilisation de l’algue dans la construction est l’élément principal de l’habitat. Il s’agit d’une technique ancestrale maîtrisée depuis plusieurs siècles par les habitants de l’île, reposant sur l’abondance d’algues présentes sur les plages, qui venait palier la faible disponibilité de bois sur l’île.  Ces habitants, pour l’essentiel issus d’une communauté de pêcheurs, avaient déjà perçu le pouvoir isolant remarquable de l’algue, tout en offrant l’avantage de ne pas se putréfier. Présentes par centaines sur Læsø jusqu’au 19ème siècle, ces maisons tout en algues ont vu leur nombre chuter à seulement 20, avant de bénéficier d’une mission de protection.

            Les nouvelles maisons sont désormais réalisées avec des méthodes contemporaines, et bénéficient d’une ossature en bois, plus solide et tout aussi écologique. L’algue n’en demeure pas moins un matériau majeur dans la construction ; prélevée comme à l’origine sur les plages entourant l’île et séchée, elle est compactée dans des filets tricotés qui la laissent nettement apparente. Ces filets sont par la suite fixés sur toutes les façades des maisons, ainsi que sur les toits. L’algue est aussi utilisée de manière invisible pour renforcer l’isolation des murs et des plafonds en bois. Au final, ces maisons constituent des habitats totalement écologiques, avec un bilan carbone négatif : les gaz à effet de serre emprisonnés par les algues et le bois excèdent largement la quantité d’énergie totale nécessaire à la construction. L’isolation thermique et acoustique est exceptionnelle, réduisant considérablement les dépenses énergétiques des résidents. Même en termes de durabilité, ces maisons n’ont pas à rougir du béton : selon les constructeurs, les habitants et leurs descendants sont tranquilles pour au moins un siècle et demi.