Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

L’énergie éolienne, un vaste potentiel français

Votre projet

énergie verte

L’énergie éolienne a connu en 2014 une spectaculaire progression. Souhaitée par l’État en conformité avec les objectifs du Grenelle de l’Environnement, cette tendance aurait tout intérêt à s’accentuer dans les prochaines années. L’énergie éolienne fait en effet partie des « énergies renouvelables » ou « énergies vertes », qui par opposition aux « énergies fossiles » ne sont pas ou très peu polluantes, disponibles continuellement et sur durée illimitée. Ces mêmes énergies renouvelables font parties des grands espoirs pour lutter contre le réchauffement climatique et sont au cœur des enjeux de la COP 21.

 

Un objectif national de développement durable : 10% d’énergie éolienne en 2020

 

La France dispose d’un formidable potentiel dans ce domaine énergétique, puisqu’il s’agit du deuxième gisement européen derrière le Royaume-Uni. Malgré cela, la France arrive en 4ème position pour la production d’énergie éolienne, en produisant 16,2 TéraWatt-heure, bien loin de l’Allemagne (56 TWh), de l’Espagne (51 TWh) et du Royaume-Uni (31 Twh). La production éolienne française reste encore assez marginale, de l’ordre de 3,5 % de la production nationale. Lors du Grenelle Environnement de 2007, la France s’était engagée à puissamment accélérer l’exploitation de son potentiel, en se fixant comme objectif d’atteindre les 10% de la production nationale en 2020, et 20% en 2030. La marge reste ainsi encore importante, même si depuis 2013 de puissants efforts sont consentis : 500 nouvelles éoliennes sont installées tous les ans.

Ces parcs éoliens sont par ailleurs de plus en plus efficaces. Selon les données de France Énergie Éolienne, dans les années 80 une éolienne couvrait les besoins de seulement 10 personnes ; un nombre dérisoire, éclipsée par les performances actuelles : une éolienne de nouvelle génération assure les besoins de 2 000 personnes. Un parc d’en moyenne cinq éoliennes permet de satisfaire 12 000 personnes, chauffage inclus. D’autre part, contrairement aux idées reçues, selon les données du ministère de l’Écologie les éoliennes disposent d’une bonne image auprès de trois quarts des Français. Ironiquement, les habitants en zones rurales sont même davantage convaincus de leur utilité (85%) que les citadins (70%).

 

Les « éoliennes domestiques » : l’énergie éolienne à la maison

 

Non, les éoliennes ne sont pas uniquement d’énormes machines blanches présentes en groupes impressionnants à proximité des centres urbains. Il existe des modèles réduits et destinés à l’utilisation privée, dénommés « éoliennes domestiques » ou « éoliennes pour maison ». Autrefois assez inesthétiques et plus ou moins efficaces, ces éoliennes en format réduit constituent désormais un marché à part entière, porté par la tendance du développement durable et des énergies renouvelables. Le principe est très simple : l’éolienne soumise à l’action du vent produit du courant continu, qui est transformé en courant alternatif par un onduleur pour être utilisé immédiatement. Selon le même principe en vigueur pour les installations solaires particulières, il est possible de revendre le supplément d’électricité à EDF

 Depuis quelques années toutes sortes de modèles ont été développés pour s’adapter aux différents habitats. Pour les plus chanceux disposant d’une maison à la campagne, il est possible d’acheter une éolienne de 12 mètres de haut, véritable modèle réduit des éoliennes géantes désormais visibles partout. Efficaces, ces éoliennes sont en revanches onéreuses : de 10 000 à plus de 20 000 euros, sans compter l’installation. Pour les propriétaires urbains, il existe heureusement des éoliennes plus accessibles, dites « de toit ». Celles-ci sont présentes sous deux formes de modèles, carénées (équipées d’un cylindre protecteur) ou sur axe vertical.  Dans ce dernier cas, les pâles de l’éolienne sont profilées de manière verticale, afin de saisir le plus efficacement possible les vents les plus faibles. D’un design spectaculaire, parfois travaillées dans un souci d’esthétisme, ces éoliennes verticales offrent l’avantage de convenir aux zones abritées, typiquement les zones urbaines.  Logiquement moins efficaces que les éoliennes horizontales, elles sont en revanches moins chères et actives même avec des vents très faibles. Encore peu connues, les éoliennes domestiques permettent pourtant de couvrir efficacement les frais d’électricité, et d’engranger jusqu’à 1 000 euros par an pendant 15 ans grâce à la revente de l’excédent produit.