Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

La domotique, reine des nouveaux habitats ?

Votre projet

JewelBox

En France, l’actuelle législation impose déjà de strictes limitations de consommation d’énergie aux bâtiments neufs. A l’horizon 2020, tous les nouveaux bâtiments devront être des « BEPOS », produisant d’avantage d’énergie que leur propre consommation.

 

Une box pour contrôler la maison depuis son smartphone

 

Même si son concept existe depuis une vingtaine d’années, la domotique est à la mode. Il s’agit de centraliser l’ensemble des systèmes électroniques (sécurité, chauffage, éclairage, arrosage…) d’une maison dans un seul appareil, permettant ainsi le contrôle global du bâtiment. Suivant le développement des hautes technologies et surtout les impératifs législatifs en matière de construction durable, la domotique connait actuellement un puissant essor. Le contrôle de l’habitat se trouve centralisé au sein d’une simple box, similaire à un appareil classique de connexion au web. Cette box est connectée à tous les systèmes électroniques du bâtiment, et se trouve elle-même reliée au smartphone de son propriétaire. Ce dernier est ainsi en mesure de gérer son habitation à distance. Il existe des boxes de tous types, adaptées aux bâtiments et à leurs occupants. Typiquement, une box est capable d’assurer au moins deux tâches majeures. Elle règle les consommations d’énergie de l’habitat, ajustant au mieux le chauffage, déclenche la machine à laver et le lave-vaisselle aux heures creuses, ou encore évalue la quantité d’arrosage nécessaire pour le jardin. Les économies d’énergie et donc d’argent sont bien réelles, particulièrement en hiver, rentabilisant assez rapidement le coût initial d’investissement.

L’un des symboles de ces habitats connectés est la Jewel Box, une maison suisse récemment récompensée par le prix international CEDIA 2015. L’usage de la haute technologie est ici poussé à son paroxysme et totalement au service de l’écologie. La Jewel Box tire son énergie uniquement de panneaux solaires, et dispose de murs de verdure alimentés par un système d’irrigation intelligent, évaluant précisément les besoins des plantes. La piscine et la cave à vin se gèrent eux-mêmes en fonction des températures préétablies par le propriétaire. Le wifi et les appareils non vitaux s’éteignent indépendamment lorsque la maison est inoccupée. Enfin, le portail s’ouvre tout seul après avoir reconnu la plaque minéralogique du propriétaire. Une petite merveille de technologie au prix de : 350 000 euros pour la seule domotique...

 

La sécurité, l’un des enjeux de la domotique

L’intérêt majeur de la domotique concerne la sécurité. Elle assure une surveillance en temps réel, grâce à un système de caméras wifi et d’alarme, transmettant immédiatement sur le smartphone du propriétaire le moindre indice suspect. Mieux, la box est en mesure de déclencher sur commande l’allumage de la maison et l’ouverture des volets, afin de laisser penser à une occupation des lieux. Il existe également des boxes spécialisées dans l’aide aux personnes âgées. Celles-ci souhaitant désormais rester chez elles le plus longtemps possible, des dispositifs de sécurité de plus en plus sophistiqués permettent de les assister en temps réel. C’est ainsi le cas du « sol connecté » qui, la nuit dresse un parcours lumineux vers les lieux désirés, ou encore appelle immédiatement les secours en cas de détection d’un choc lourd.

En parallèle aux impératifs écologiques, cet aspect sécuritaire de la domotique est lui aussi voué à un profond essor. Le nombre de cambriolages par an est estimé à 400 000  selon le ministère de l’Intérieur, avec 80% des délits effectués en journée en l’absence des propriétaires. Pour autant, le déclenchement d’une alarme suffit à faire fuir 95% des cambrioleurs, un argument de poids pour s’équiper. Sur le plan de l’aide aux personnes âgées, là aussi les chiffres sont de nature à alimenter le succès de la domotique. Selon l’INSEE, en 2060, un tiers des Français auront plus de 60 ans.