Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

La brique, un matériau « propre » qui profite du développement durable

Votre projet

Maison en brique

 

Depuis maintenant plusieurs années, il est difficile d’échapper à l’expression de « développement durable ». Kyoto en 2005, Copenhague en 2009, Grenelle de l’Environnement de 2007 à 2012, COP21 de Paris en 2015… ont rendu très médiatiques ce concept de durabilité, qui dans les faits existait déjà depuis plus d’un siècle. Répondre aux besoins du présent sans porter préjudice aux générations suivantes : la définition du développement durable. La construction représente l’un des principaux défis de ce développement durable, avec la nécessité d’utiliser des matériaux beaucoup moins polluants que le béton. La brique revient ainsi en force

 

            Le retour en grâce des matériaux « propres »

 

Dans le cas particulier de la construction, les travaux dits « écologiques » se développent de plus en plus, afin de limiter au mieux l’impact environnemental des bâtiments. Les « écomatériaux » constituent l’un des éléments clés de ces travaux écologiques, caractérisés par leur très faible empreinte carbone. Si le mot même « d’écomatériaux » est un néologisme défiant encore les dictionnaires, la grande majorité des matériaux ainsi désignés sont paradoxalement utilisés par l’homme depuis parfois l’Antiquité, telle que la brique. Il s’agit ainsi d’un véritable retour aux sources des matériaux employés avant l’avènement du tout-béton, aux 19ème et surtout 20ème siècles

La brique s’est vue sauvée au tournant du 21ème siècle par la menace du réchauffement climatique et la nécessité de développer des alternatives au béton. Dans un contexte de la construction pour le moins morose, une étude de la Fédération Française des Tuiles et Briques (FFTB) souligne la bonne santé de ce marché. Pour les maisons individuelles, 36% d’entre elles étaient construites en brique terre cuite en 2010 contre 40% en 2013. Cette tendance est encore plus visible pour le logement collectif : 9% en 2010 contre 20% en 2013. Au total, un logement sur trois est désormais en brique en terre cuite. La France est l’un des plus grands producteur et exportateur au monde, avec un chiffre d’affaire de 871 millions d’euros en 2014 (toutefois en légère baisse). 130 usines sont disséminées dans tout le pays, employant directement ou indirectement 105 000 personnes.

 

            Des briques de toutes natures

 

Si la brique est un matériau de construction entièrement naturel, il existe de très nombreuses variantes, qui n’emploient pas toutes forcément la terre comme élément de base. La brique en terre cuite est probablement la plus populaire, mais nécessite l’usage de fours émetteurs de gaz à effet de serre. La brique monomur utilise également la terre cuite, mais de manière beaucoup plus aérée, ce qui renforce l’isolation thermique et par conséquent diminue les dépenses énergétiques. Par opposition, la brique en terre crue s’élabore grâce à des presses qui compriment directement la terre sans la chauffer, obtenant ainsi un excellent bilan carbone. Peu connue en France, la brique silico-calcaire est fréquemment utilisée dans les pays d’Europe du nord-ouest pour sa blancheur esthétique. Composée d’eau, de chaux, de sable siliceux et de calcaire, elle possède une haute densité, synonyme d’isolation phonique et de résistance au feu.

La brique de chanvre utilise cette plante quasiment disparue de France à la fin du 21ème siècle, qui signe depuis son retour en force. Excellent isolant thermique et acoustique, la brique en chanvre constitue l’écomatériau par excellence. Il existe aussi une brique en bois, ou parpaing en bois (« BVB »), idéal pour l’autoconstruction, et aux performances écologiques défiant de loin la concurrence du béton. La brique en verre, surtout utilisée dans les logements collectifs, permet de laisser passer la lumière et d’éclairer les parties sombres. De manière plus originale, on trouve également en Corée du Sud des « Save Water Brick », briques composées de matériaux recyclés (bouteilles de verre et feuilles pourries) permettant d’absorber l’eau. Enfin, la brique de grès Timbercrete est utilisée en finition extérieure pour renforcer l’isolation phonique et thermique. Ultra légère, cette brique originaire d’Australie peut-même être clouée au mur porteur !