Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Ces pays à la pointe du développement durable

Votre projet

Norvège

Les nations réputées parmi les plus respectueuses de l’environnement figurent bel et bien dans le top 10, avec les pays scandinaves, le Danemark, l’Allemagne ou encore la Suisse.

Les Pays scandinaves, champions du développement durable

Les Pays scandinaves possèdent l’image populaire d’être des nations respectueuses de l’environnement, avec des modes de vie et des cités à la pointe du développement durable. Une réputation qui n’a rien d’usurpé, puisque la Suède et la Norvège figurent aux deux premières places du "Global Green Index Economy", et la Finlande en huitième position.

Bien avant le protocole de Kyoto (1997) et la conférence de Paris (2015), la Suède s’est lancée dès les années 60 dans un programme de développement durable, profitant massivement de ses avantages naturels avec l’exploitation de l’énergie hydraulique. En 1999, le gouvernement suédois s’est doté d’un programme en quinze (puis par la suite seize) objectifs à atteindre à l’horizon 2020. Parmi ceux-ci figure la perspective de produire 50% de l’approvisionnement énergétique du pays à partir d’énergies renouvelables, ce qui est déjà le cas à 45%. Et comme pour réaliser ses ambitions il faut s’en donner les moyens, ces derniers ne manquent pas : un budget de 558 milliards d’euros a été alloué à l’environnement rien qu’en 2010 – 2012. En parallèle, 3 500 entreprises nationales sont engagées dans les éco-technologies, avec 40 000 salariés.

La Norvège n’est pas en reste en matière de développement durable, bien que non membre de l’Union européenne. Utilisant elle-aussi au mieux son potentiel de production d’hydroélectricité, la Norvège impose depuis 2010 à tous ses nouveaux bâtiments de plus de 500 m² de produire eux-mêmes 60% de leurs besoins énergétiques grâce à des énergies renouvelables. Le pays s’est par ailleurs fixé l’objectif pour le moins ambitieux de ne plus émettre de carbone à l’horizon 2030, c’est-à-dire de produire uniquement des énergies renouvelables.

Les voisins allemands et polonais, deux cas opposés

L’Allemagne occupe la quatrième place du classement de l’étude américaine, récompensant une énergique politique en faveur du développement durable. Historiquement desservie par des ressources naturelles limitées, l’Allemagne a par ailleurs opéré le choix à la fin des années 90 de progressivement se soustraire à l’énergie nucléaire. Plus qu’une alternative, les énergies vertes constituent ainsi une quasi obligation pour la grande nation, qui s’est lancée en 2010 dans un vigoureux programme écologique, prodiguant une puissante impulsion à l’ensemble des pays européens. Ainsi, à l’horizon 2050, l’Allemagne souhaite assurer 60% de sa consommation grâce aux énergies renouvelables, tout en réduisant de 80% ses émissions de gaz à effet de serre. Ces objectifs passent en pratique par une réduction de 10% de la consommation d’électricité dès 2020, et l’obligation de construire des bâtiments passifs à cette même échéance. En parallèle, la production d’énergies vertes dispose de généreux crédits budgétaires, avec des résultats rapides : l’Allemagne est de loin la première nation de production d’énergie solaire.

Loin de ces brillants résultats, le voisin oriental de l’Allemagne, la Pologne, pointe à une obscure 54ème place dans le classement américain, alors mêmes que la plupart des pays européens figurent dans les trente premières positions. La faute principalement à une production d’énergie focalisée à plus des trois-quarts sur le charbon, qui en 2014 a rejeté 129 millions de tonnes de CO2 (mais aussi 255 millions pour l’Allemagne, paradoxalement un pays utilisant encore massivement ce type d’énergie). Cracovie, dans le sud de la Pologne, est ainsi la 3ème ville la plus polluée d’Europe. Outre le fait handicapant de se situer géographiquement dans une cuvette, la superbe cité souffre en hiver de son chauffage en charbon qui étend un voile opaque sur ses habitants, tout en les menaçant de sérieuses pathologies respiratoires. L’asthme, la broncho-pneumopathie mais aussi les maladies cardiovasculaires et les cancers touchent anormalement les habitants de cette région de la Pologne. Obligée de s’aligner sur les directives environnement de l’Union européenne (en tant que membre), la Pologne a depuis peu engagé une politique de développement des énergies renouvelables, misant en particulier sur l’énergie éolienne. La tâche s’avère toutefois âpre, le pays étant le deuxième producteur européen de charbon derrière l’Allemagne.